Vraiment, il ne faut pas confondre : ce n'est pas l'exotisme qui intéresse les hommes totaux, improprement appelés « citoyens du monde » et ainsi mis dans le même monde que celui des néo-coloniaux ! Quand j'écoute ces sonorités, quand je goûte ces parfums, je ne cherche aucune étrangeté, je mets simplement en œuvre un moi augmenté, correspondant enfin à l'entièreté de mon innervation. Il faut que ce soit quelqu'un qui me dise que « cela n'est pas européen » ; je ne m'en serais pas rendu compte tout seul. 

Mais le deuxième temps constitué par cette information (« cela vient de là ») est néanmoins essentiel : il me permet d'être moins centré sur mon auto-création. Il y a donc des autres tout aussi totaux que moi, et c'est même grâce à eux que je le suis à ce point.