(J'envie les gens qui peuvent faire autre chose en écoutant de la musique, moi elle me prend tout entier. Peut-être pour ça qu'elle m'a détruit les oreilles. Maintenant, encore moins possible de faire autre chose à cause de la douleur ; de plus, des sifflements m'accompagnent dans le silence.  Jamais trop aimé le silence qui suivait la musique — trop cruel, la musique manquait déjà trop dès la première seconde d'arrêt — alors que maintenant le silence n'en est pas un ; de plus, il évoque le soulagement post-tension auditive — car toujours à fond dans la musique mais la douleur s'y est adossée donc ça innerve différemment. Définitivement différemment.)